Politique et Communication

La législation migrants - réfugiés est terriblement répressive.

La nouvelle loi du 26 janvier 2024, adoptée par défaut après la censure du Conseil Constitutionnel, reste un deni d'humanité. Outre tout un train de mesures écornant gravement les principes républicains, ce qui frappe aussi, c'est que ne sont pas traitées les demandes les plus pressantes rencontrées sur le terrain, en particulier à la permanence du RCI : disposer d'un statut stable, se loger, se nourrir, être en capacité de vivre dignement, dans le respect de la vie privée et familiale.

Tout être humain a des droits minimums, doit pouvoir bénéficier des services de base (Pacte ONU de Marrakech déc 2018). C'est en ce sens que le RCI, comme l'ensemble de ses partenaires associatifs, interpellent vigoureusement les politiques. La France et l'Europe ont gravement tendance à se blinder. A chaque instant, resurgissent ces questions "existentielles" : accueil, accompagnement, hébergement, subsistance, reconnaissance...

En termes de communication et médiatisation, au-delà des modes d'intervention traditionnels, le Réseau, s'efforce avec d'autres (cf. l'action de Sant'Egidio-notamment les "couloirs humanitaires"-  ou VoxPublic, etc.) de montrer qu'il existe une France accueillante ; il s'agit de mettre en valeur les multiples initiatives citoyennnes développées un peu partout d'aides aux migrants, de "buzzer", de faire bouger les représentations collectives, et finalement de subvertir la ligne politique officielle.