Politique et Communication

La législation migrants - réfugiés est terriblement répressive.

La nouvelle loi du 26 janvier 2024, adoptée par défaut après la censure du Conseil Constitutionnel, reste un deni d'humanité. Outre tout un train de mesures écornant gravement les principes républicains, ce qui frappe aussi, c'est que ne sont pas traitées les demandes les plus pressantes rencontrées sur le terrain, en particulier à la permanence du RCI : disposer d'un statut stable, se loger, se nourrir, être en capacité de vivre dignement, dans le respect de la vie privée et familiale.

Assemblée Générale du RCI 2023

Le Réseau chrétien – Immigrés s'est réuni à son siège social 76 rue de la Verrerie, Paris 4e, le 14 novembre 2023,

30 participants sur la feuille d’émargement – Excusés : François Thomas (prsdt de SOS Méd.), Nicolas Delhôpital (Famille France - Humanité), Florence Daussant (Diafrat – Entraide Protestante), Claire Rossignol (Déléguée diocésaine à la Pastorale des Migrants), Suzanne Roubeyrie (La Croisé des Chemins - représentée par Guillaume Tesson), Karine Hoffmann (Cercle de Silence), Aline Curioni, Odette Kobana, Michel Toulouse.

Après un mot d'introduction du président, Jean-Jacques Lambert, le rapport moral est déroulé sous forme de bilan de chaque activité du Réseau pour l'année passée, avec vision sur les actions en cours et les projets à venir.

I. Rapport moral

1. Permanence juridique 25 rue Fessart, Paris 18e

Tenue conjointement avec la Cimade, la permanence de la rue Fessart (Belleville) procède de la dynamique « historique » du Réseau Chrétien - Immigrés, qui d'ailleurs assume le coût de son loyer. Animée par une dizaine de bénévoles formés à cet effet, elle accueille, le lundi soir et le mardi matin, en moyenne de 50 à 60 personnes, une moitié venant sans RV. Elle traite les demandes de régularisation par le travail et par le regroupement familial. La réglementation, la numérisation des procédures, les délais de traitement en préfecture rendent les titres de séjour de plus en plus difficiles à obtenir.

Des membres du RCI sont également présents dans d'autres permanences de la Cimade (Batignolles, Grenelle, Luxembourg).

2. Cours de français

Les cours se déroulent sur deux sites, à la Halte Humanitaire (Louvre, Paris 1er) et dans des locaux associatifs de la Mairie Paris Centre (7 rue Ville Neuve, 2e). La recherche d'un lieu unique pour tous les cours reste d'une grande actualité et faciliterait beaucoup la situation des apprenants comme des formateurs. D'origine géographique diverse, les apprenants (une grosse centaine d'inscrits) sont majoritairement des débutants, Treize bénévoles actifs comme formateurs, dont cinq présents depuis plusieurs années + deux ou trois étudiants de l'Inalco qui les rejoignent le temps d'un stage de 50 heures. Le projet de loi immigration prévoyant (a priori) un niveau A2 de français pour l'obtention de la carte de séjour pluriannuelle, un cours A2-B1 a été ouvert en vue de la préparation au DELF (diplôme d’études en langue française)

3. Les Dîners du goût de l'autre

La pandémie du Covid, puis la disparition de la Mairie du 4e en tant que telle, ont mis l'activité en sommeil entre février 2020 et avril 2023. La recherche d'un lieu « public », symbolique forte dès la création des dîners en 2008, s'étant révélée infructueuse, la proposition (inconditionnelle) de la reprise des dîners à la Maison Bakhita (Paris 18e), dans des locaux du diocèse, a été agréablement honorée. Les repas ont lieu pour le moment non plus chaque mois, mais environ tous les deux mois ; le dernier (le 26 octobre) a réuni 24 convives.

Les principes des Dîners sont repris : parité entre Français et exilés, préparation collective, plat central de résistance réalisé sous les auspices d’un « chef » d’origine exilée, selon une recette de son pays, entrée et dessert de facture « française ».

Les deux prochaines dates pour 2024 sont fixées (22 janvier, 24 avril) : inscription sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour retour sur un panorama d’ensemble voir lgdla.blogspot.com

Le succès remporté depuis cette reprise est l'occasion d'un appel à bénévoles ; pour peu qu'une seconde équipe se constitue, les dîners reprendraient bien mensuellement [Nathalie Baschet ayant sans doute plaisir à jouer les conseillers techniques !]

Et un rappel : « Plats d'existences » (de Nathalie Baschet, Florence Mourlon et Elena Lasida, édit. de l'Atelier, 2014), mêle recettes et récits de vie collectés dans les premières années des Dîners. Il est toujours d’actualité, savoureux et disponible en librairie.

4. Soirées Grand Témoin

Ces soirées destinées à recueillir l'expérience d'acteurs et penseurs importants sur le terrain des migrations ont été un temps maintenues par visioconférence avant de reprendre au siège du RCI.

Parmi les derniers intervenants : Matthieu Tardis (les migrations à l'échelle européenne), Marianne Le Gall (Secours catholique), Hippolyte Coester (Sciences Po – Gisti), qui venaient après entre autres Marie-Laure Morin, François Gemenne, Pascal Brice, François Héran, George-Pau Langevin, François Thomas, Thierry Tuot, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky… Les prochains Grands Témoins annoncés sont : Benoît Hamon (date à fixer), le 11 janvier 2024, Damien Carême (député européen, ancien maire de Grande-Synthe), le 6 février, Jacky Richard (Conseiller d'État honoraire, coordinateur du Pacte civique).

5. Réflexion et plaidoyer

Le RCI reste très attentif aux différentes versions du projet de loi immigration et au calendrier de son examen (en cours) au Parlement. Soucieux de réagir avec les autres acteurs associatifs, il désire que l'accent soit mis au moins sur 6 points : régularisation des travailleurs étrangers sans papiers avec une large extension du champ des « métiers en tension », amélioration des conditions d'apprentissage du français, maintien de l'examen collégial des demandes d'asile, suppression du motif  d'expulsion en cas de « menace grave » à l'ordre public, notion vague sans base légale, respect des protections du contentieux des mesures d'éloignement, non-placement de mineurs en centre de rétention sur tout le territoire.

II. Présentation d'associations proches, par leurs actions et préoccupations

Sont présentées SOS Méditerranée, Solidarités Saint-Bernard, France Famille - Humanité, La Croisée des chemins, et bien sûr la Cimade ; les responsables des trois premières étant par ailleurs membres du RCI.

III. Rapport financier

Le trésorier, Bruno Gizard, rappelle les grandes lignes du bilan adressé avec la convocation (comptes et bilan + budget prévisionnel). Un léger déficit (222 €) sur un budget de 7 000 € environ, la subvention de la Mairie de Paris, déterminante, est restée l'égale des années précédentes. Budget prévisionnel à l'identique, avec un bon retour de cotisations - même si certaines tardent encore un peu à rentrer. Cependant une crainte à propos d'un « air du temps » peu favorable aux associations d'aide aux étrangers. Les comptes et le BP sont approuvé.

IV. Élection du conseil d'administration

Les actuels membres du bureau dit « élargi » sont réélus, ainsi qu’Alek Seferovic (cours de français) qui se présente, est également élu.

Le Conseil élira prochainement le Bureau : actuellement composé de Jean-Jacques Lambert (président), Michel Antoine (vice-président), Bruno Gizard (trésorier), Jean-Marie Guion (membre secrétaire général).

Qui sommes-nous ?

"J'étais étranger et vous m'avez accueilli"

Le Réseau Chrétien - Immigrés (RCI) s’est constitué depuis 2000 à Paris en lien avec une quinzaine de paroisses et de mouvements proches (Cimade, Secours CatholiqueMaison Bakhita, Mission et Migrations...), à partir de la communauté de St Merry qui avait lancé une réflexion pour un changement de regard sur les personnes "sans-papiers", au moment de leur irruption dans le paysage public, en particulier après l'évacuation policière de l'église St Bernard de la Chapelle en 1996.