Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par formulaire : cliquez ici

Par email : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Siège social :
Paris 4e

tél  :  06 81 33 06 99

IMG_7796.JPG RCI_0007.jpg RCI_0004.jpg marchesurvivants.jpg RCI_0003.jpg Lepetitnoyesurlaplage.jpg goutdelautre.jpg IMG_0291allge.jpg permanencemini.JPG bienvenuecouverturepointsmini.jpg mcsydepluspressurcharge_copie.jpg RCI_0002.jpg RCI_0006.jpg euxcestnous.jpg RCI_0008bis.jpg RCI_0010.jpg desinetymini.jpg

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Suivez-nous

RCImmigres sur FaceBook RCImmigres sur Twitter

Conraint de suspendre pour une bonne part ses activité habituelles, le Réseau Chrétien - Immigrés garde à coeur de maintenir le lien maximum avec les personnes migrantes, aux côtés desquelles il est engagé, et qui pâtissent très durement de cette situation.
Dans cet esprit, le RCI a mis en oeuvre diverses formules permettant de poursuivre à distance les actions menées, notamment par rapport à la permanence juridique et aux cours de français (Les dîners du "goût de l'autre" sont suspendus jusqu'à nouvel ordre).

Pour ce qui est de la permanence juridique, laisser un message au 01 42 45 65 07 ou au 06 81 33 06 99, ou un mail à  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  et on vous recontacte très vite, pour répondre à votre question, suivre votre dossier et même éventuellement vous rencontrer

       Pour ce qui est des cours de français (50 apprenants au 16 mars), les formateurs ont cherché à prendre des nouvelles par téléphone, à avoir un échange personnel, à chercher comment effectuer la rentrée dans les conditions actuelles (tél 06 81 33 06 99).

          Pour des raisons de justice et de reconnaissance, les sans-papiers devraient bénéficier d'un droit au séjour
Le RCI a co-signé une lettre ouverte au Président de la République pour la régularisation des sans-papiers, et soutient les nombreuses campagne en ce sens (Cimade).

Une délégation du Réseau Chrétien - Immigrés a rencontré Mgr Benoist de Sinety, vicaire général de Paris (auteur d'"Il faut que des voix s'élèvent"), pour préparer avec le diocèse l'année qui vient.

A noter que l'Assemblée Générale annuelle du RCI intervient en distanciel le samedi 19 septembre 2020.

 

Le Bureau  du RCI

Au vu des informations permanentes, relayées notamment par le Vicariat pour la Solidarité, le périmètre des actions a tendance a eu tendance à s'élargir (aide alimentaire, hébergement...)
Sur toutes ces questions, v. en particulier Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. de Solidarités Saint-Bernard, du RCI, de la Commission Migrants diocésaine et du groupe de préfiguration de la Maison Bakhita

Préconisations proposées par le RCI
(dans le cadre du grand débat national)

pour une tout autre politique migratoire :
 

1-Répartition européenne

Instaurer une coordination européenne pour organiser l’accueil des migrants en une répartition équitable qui prenne en compte la population de chaque Etat. Une telle démarche exclut toute forme de limitation par quotas.

2- Entrées légales

Développer les entrées légales de séjour, avec notamment des visas de longue durée. A l’initiative de la France, et observant que la mobilité des humains est un fait inéluctable, un telle ouverture devrait faire l’objet d’une approche commune au niveau européen - se traduisant par un élargissement des conditions d’obtention des visas.

3- Droits sociaux élémentaires

Confier à l’instance territoriale compétente (région, département, commune) le soin de faciliter pour les migrants un accès sans délai aux droits sociaux essentiels (logement, travail, santé, éducation …)

4- Travailler légalement

Permettre à toute personne présente sur le sol français de pouvoir travailler en toute légalité. Pour ce faire, les employeurs délivreraient une sorte de « certificat de présence » permettant d’embaucher le migrant dans les conditions conformes au droit du travail.

5- Contrat de travail et titre de séjour

Retenir l'existence d’un contrat de travail comme l'un des critères majeurs pour la délivrance d’un titre de séjour, indépendamment des titres accordés de plein droit.

 

   ->       A rapprocher des propositions que fait aujourd'hui la Cimade :

1.     Tendre vers la liberté de circulation et d'installation

2.     Régulariser largement les personnes étragères présentes en France

3.     Délivrer un titre unique et stable

4.    Simplifier les procédures d'accès aux droits (face à la complexité actuelle des catégories et crières)

5.    Construire l'égalité des droits pour tous (accès au travail, protection sociale)