Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par formulaire : cliquez ici

Par email : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Siège social :
Paris 4e

tél  :  06 81 33 06 99

Lepetitnoyesurlaplage.jpg RCI_0004.jpg RCI_0006.jpg RCI_0008bis.jpg RCI_0010.jpg marchesurvivants.jpg goutdelautre.jpg mcsydepluspressurcharge_copie.jpg RCI_0002.jpg RCI_0007.jpg IMG_0291allge.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg IMG_7796.JPG euxcestnous.jpg RCI_0003.jpg desinetymini.jpg permanencemini.JPG

Calendrier

Suivez-nous

RCImmigres sur FaceBook RCImmigres sur Twitter

Les représentants d'une quinzaine d'États européens se sont réunis à Paris, le 22 juillet dernier, pour essayer de trouver un accord de répartition des migrants recueillis en Méditerranée, alors qu'ils tentent de rejoindre sa rive occidentale. Succédant à une précédente réunion tenue le 18 juillet à Helsinki, à l'invitation de la France, l'Allemagne et la Finlande, ce sommet s'est conclu par la décision dérisoire de convoquer une nouvelle rencontre à Malte en cette rentrée, après toutefois que quatorze États aient donné leur accord à ce processus. C'est dire qu'il n'a produit aucun résultat tangible en rapport avec l'urgence de la situation, dont Chrétiens de la Méditerranée s'est fait l'écho à plusieurs reprises[1].

Lire la suite...

Le point des activités du Réseau, illustrées à cette occasion par la projection du film sur la permanence juridique "Murs de papiers" d'Olivier Cousin
8 avril 2019


Le Réseau Chrétien - Immigrés partie prenante des réunions diocésaines d'expression des besoins -par les intéressés eux-mêmes- pour l'aménagement de la maison de la rencontre avec les migrants.


Lancement d'une réflexion-action pour une sorte de "statut" du migrant.
De qui parle-t-on, de quoi, que demande-t-on, avec qui ?
Quelle que soit sa situation, le migrant a un certain nombre de droits humains, "il est d'abord notre frère"...)

11 mars 2019


Préconisations proposées
(dans le cadre du grand débat national)

pour une tout autre politique migratoire :

1-Répartition européenne

Instaurer une coordination européenne pour organiser l’accueil des migrants en une répartition équitable qui prenne en compte la population totale de chaque Etat. Une telle démarche exclut toute forme de limitation par quotas.

2- Droits sociaux élémentaires

Confier à l’instance territoriale compétente (région, département, commune) le soin de faciliter, pour les migrants, un accès sans délai aux droits sociaux élémentaires (logement, travail, santé, éducation …)

3- Travailler légalement

Permettre à toute personne présente sur le sol français de pouvoir travailler en toute légalité. Pour ce faire, les municipalités délivreraient un « certificat de présence » ne valant pas autorisation de séjour mais permettant à un employeur d’embaucher le migrant dans les conditions conformes au droit du travail.

4- Contrat de travail et titre de séjour

Retenir l'existence d’un contrat de travail comme l'un des critères majeurs pour la délivrance d’un titre de séjour, indépendamment des titres accordés de plein droit.

5- Entrées légales

Développer les entrées légales de séjour, avec notammment des visas de longue durée. A l’initiative de la France, et observant que la mobilité des humains est un fait inéluctable (en particulier avec le changement climatique), un telle ouverturet devrait faire l’objet d’une approche commune au niveau européen - se traduisant par un élargissement des conditions d’obtention des visas.

 

   ->       A raprocher des 5 propositions que fait également la Cimade :

1.     Ouvrir des voies légales d’accès au territoire européen (par davantage de visas, la suppression des centres de tri aux portes de l’Europe…)

2.     En matière d’asile, mettre en place un système européen commun - avec en outre le libre choix du pays d’examen de la demande (Stop Dublin !)

3.     Créer un titre de séjour unique - autorisant à travailler

4.   Supprimer les centres de rétention administrative (aucune personne étrangère ne doit être privée de liberté au seul motif qu’elle ne dispose pas des bons papiers administratifs)

5.   Défendre la solidarité comme valeur fondamentale (cad. en clair la suppression de tout « délit de solidarité », au nom du principe de fraternité, reconnu désormais comme constitutionnel).

La loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif  et une intégratoion réussie », du 10 septembre 2018 (JO du 11), qui est entrée en application en 2019, traduit, en dépit de son titre, un très net recul du droit. Pour l’essentiel, elle aggrave fortement la situation d’un grand nombre d’étrangers. Restrictions, contrôles, « tris » sont plus que jamais au menu de ce qui apparaît en réalité comme une machine à expulser. On filtre l’entrée, on ouvre grand la sortie.

Lire la suite...

Les Rendez-Vous RCI

13
Nov
Date : 13 novembre 2019, 10:00
13 nov, 10h, 76 rue Verrerie : suites débat AN politique migratoire et message pour les municipales

18
Nov
Date : 18 novembre 2019, 20:00
Pour tous, le député qui s'est distingué par son rapport sur l'Intégration 76 rue Verrerie Paris 4e

L'appel d'Eugénie

Préparation des dîners Le Goût de l'Autre