Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par email : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SOS.jpg IMG_7796.JPG RCI_0002.jpg goutdelautre.jpg RCI_0006.jpg RCI_0010.jpg RCI_0008bis.jpg euxcestnous.jpg marchesurvivants.jpg RCI_0003.jpg Hran.jpg IMG_0291allge.jpg permanencemini.JPG Maireaveclespetits.jpg RCI_0007.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg Ftebis.jpg RCI_0004.jpg

Calendrier

Suivez-nous

RCImmigres sur FaceBook RCImmigres sur Twitter

Les cours de français font face aux changements de lieux, à la difficulté de recruter des formateurs disponibles de manière pérenne, à une demande qui évolue sans cesse (Ukrainiens…) Situés essentiellement à la Halte humanitaire (ex-mairie du 1er), 2 rue Perrault, métro Louvre-Rivoli, ils fonctionnent les mercredis et vendredis à 18h45, avec quatre groupes d’apprenants de 6 à 10 personnes, ainsi que dans les nouveaux locaux associatifs de la Mairie Centre, 7 rue de la Ville Neuve, Paris 2e
Renseignements : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


La permanence juridique, 25 rue Fessart à Belleville, Paris 19e, en partenariat avec la Cimade, a retrouvé depuis 2022 son rythme avec de jeunes bénévoles, malgré des horaires restreints et un accès aux préfectures quasiment impossible. Elle accueille sur deux créneaux par semaine une quarantaine de personnes chaque fois : le lundi soir -à partir de 18h30- et le mardi matin, sur RV en téléphonant durant ces horaires au 01 42 45 65 07. La dématérialisation des formalités administratives (internet aux abonnés absents...) se traduit par un terrible blocage humain de la situation des migrants...

Les dîners du Goût de l'Autre, suspendus depuis 2020 du fait de la pandémie et de la Mairie d'accueil devenue indisponible (celle du 4e fermée), sont en recherche active de locaux. Il y a une demande forte pour renforcer l'équipe et garder ces dîners dans un espace public non marqué confessionnellement, ce qui donne tout son sens à une démarche plurielle - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les soirées Grands Témoins, connaissent un rythme soutenu. De nouveaux intervenants sont programmés, au regard d'un intérêt manifeste et d'une excellente occasion de sensiblisation. Prochaine rencontre (ouverte à tous) : le professeur Ragot sur l'impact économique (positif) de l'immigration en France : lundi 10 octobre, à 18h30, 76 rue de la Verrerie, Paris 4e (M° Châtelet)

Un temps convivial d'Assemblée dans le cadre accueillant de la Maison des Réfugiés, avec la présence active du DGA d'Emmaüs Solidarité et de la Responsable de la Maison


 

Compte rendu de l’AG du Réseau Chrétien – Immigrés

 

L'assemblée s'est tenue le 24 septembre 2022, de 18 heures à 20 h 30 à la Maison des Réfugiés, 50 boulevard Jourdan, Paris (14e).

Jean-Jacques Lambert, président, ouvre l'assemblée et passe la parole successivement à Lotfi Ouanezar, directeur général adjoint d'Emmaüs Solidarité et à Sophie Haberbüsch-Sueur, directrice de la Maison des réfugiés.

Lotfi Ouanezar tient d'abord à exprimer sa satisfaction de pouvoir rencontrer des acteurs de la solidarité à l'égard des migrants comme le RCI et ses membres.

Il retrace l'histoire d'Emmaüs Solidarité, créée en 1954 et qui est la plus grosse des associations de la galaxie Emmaüs. Elle emploie aujourd'hui 900 salariés, essentiellement en Île-de-France, et accueille annuellement 6 000 personnes (pas de mineurs isolés), représentant 70 nationalités. Fidèle à la matrice d'Emmaüs, il s'agit d'un accueil inconditionnel, sans exclusion de statut, pour un accompagnement social global (ouverture du droit d'asile, régularisation, accès à la santé, à la citoyenneté…). Emmaüs Solidarité regroupe 118 services, qui gèrent maraudes, accueils de jour, centres d'hébergement d'urgence (comme ici bd Jourdan), centres d'hébergement et de réinsertion sociale (CHRS). Lotfi Ouanezar mentionne enfin l'action menée par Emmaüs Solidarité à la bulle de la Chapelle entre 2016-2018 : 25 000 personnes accueillies.

 

Sophie Haberbüsch-Sueur indique que la Maison est ouverte tous les jours de 9 h 30 à 17 h 30 (jusqu'à 22 heures pour les cours) etdétaille les actions menées tout d'abord dans l'accompagnement vers le travail(aide à la construction d'un projet professionnel, entretien d'accès à l'emploi…)  et pour l'apprentissage du français (de l'alphabétisation à A2-B1, en ce moment 240 apprenants suivent 6 heures de cours par semaine). D'autres activités sont regroupées au sein du pôle Santé (permanence de soins hebdomadaire), du pôle Culture et sport. Le pôle Femmes offre des informations et cours spécifiques (ex. : boxe au féminin). Les activités de la Maison sont prises en charge par 30 associations présentes sur le site. Ainsi, l'Union des étudiants exilés a accompagné 1 500 personnes et a permis la réinscription de 710 étudiants. Ou Nouvelle Page qui œuvre pour les personnes afghanes.

Au cours de l'échange qui s'ensuit avec les deux responsables d'Emmaüs, Lotfi Ouanezar précise la position d'Emmaüs Solidarité par rapport à l'actuelle politique migratoire, à savoir s'impliquer dans le plaidoyer en tant que membre de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), participer aux réunions officielles au niveau national comme régional. Il met l'accent sur l'importance d'un lobbying de tous, salariés, bénévoles, citoyens. Il regrette que la suggestion qu'Emmaüs avait faite à l'État à la fermeture de la bulle de la Chapelle de prévoir quatre bulles (dans le Nord, dans le Sud, à Paris, dans les Pyrénées) pour un accueil digne des primo-arrivants n'ait pas été entendue. Il rappelle la complémentarité avec d'autres associations : Emmaüs travaille avec le Secours catholique, oriente vers la Cimade… À une question sur les difficultés de l'insertion professionnelle Sophie Haberbüsch-Sueur répond en relatant l'expérience d'un forum, organisé avec la chambre de commerce, un speed-dating qui a permis de s'attaquer au manque de confiance des entreprises vis-à-vis des associations d'aide aux migrants et de provoquer des liens. L'important est de susciter la création de bassins de vie, l'accès au travail est indissociable de l'accès aux transports et de l'hébergement.

 

Cette remarque permet à Jean-Jacques Lambert d'entamer le rapport d'activité du RCI en passant la parole aux différents membres concernés.
 

1. Permanence juridique, 25 rue Fessart (18e)

Après une période où il leur fallait saisir le juge des référés pour obtenir un rendez-vous, les bénévoles de la permanence (une vingtaine de personnes, actifs et retraités) ont dû s'adapter à la dématérialisationdes dépôts de dossiers de régularisation (enregistrement sur une plateforme digitale, téléchargement de nombreux documents, attente d’un mail fixant un rendez vous). Les délais d’attente se sont allongés, accroissant l’insécurité et l’instabilité des demandeurs. La manière de les accompagner a de fait connu un changement radical.

Sur les deux plages horaires (lundi 18 h 30 – 21 h 30, mardi 8 h 30 – 13 h 30), plus de 100 personnes sont reçues, avec davantage de pression le lundi que le mardi, du fait d'un moindre nombre de bénévoles. Pour la même raison, il y a moins d'accompagnements physiques en préfecture. L'obtention d'une carte tient de la quête du Graal...

 

2. Cours de français

En septembre 2021, a été mise en place une nouvelle coordination des cours, grâce aux anciens formateurs, rejoints en cours d’année par de nouveaux bénévoles, soit au total une équipe de 7 formateurs, épaulés par 2 puis 4 stagiaires venus de l'Inalco, pour encadrer une soixantaine d'apprenants répartis sur quatre niveaux. Les effectifs ont fondu en cours d'année, mais en mars une quinzaine de personnes ukrainiennes ont été accueillies.

Les cours ont lieu le mercredi soir et le vendredi soir, à la Halte humanitaire (gérée par l'Armée du Salut) dans des locaux de l’ex-mairie du 1er. Un cours le samedi matin à St Merry s'est arrêté en décembre faute d'inscrits. À partir de février, un petit groupe d'alphabétisation a été constitué.

La rigidité du fonctionnement de la Halte et l'exiguïté des locaux devraient pour l'année à venir être compensées par l'accès à des créneaux en soirée à la Maison de la vie associative et citoyenne (MVAC) de Paris Centre (2e).

Le recrutement de formateurs reste un souci récurrent, à l'enthousiasme du début ont pu succéder des abandons en cours de route. Avec plus de bénévoles, on pourrait organiser des remplacements.

Dans l'offre de cours, il devra être tenu compte de la nécessité de justifier du niveau A2 pour le renouvellement d'un titre de séjour de 10 ans, or beaucoup de personnes dans cette situation sont à l'aise à l'oral mais n'ont pas le niveau requis à l'écrit.

 

3. Dîners du goût de l'autre

La pandémie combinée à la disparition de la mairie du 4e arrondissement qui hébergeait ces repas mensuels entre personnes françaises et exilées depuis leur création en 2008 a fait des Dîners des « sans lieu fixe ». Ou plutôt sans lieu du tout, car retrouver un lieu chargé du même symbole qu'une mairie s'est jusqu'à présent révélé impossible. De plus, l'équipe des Dîners est exsangue, leur reprise nécessite de nouvelles forces vives.

 

Le rapport d'activité est approuvé à l'unanimité, ainsi que le rapport financier (en annexe).

 

Avant la clôture de l'assemblée, rappel de la prochaine soirée Grand Témoin : le RCI recevra Lionel Ragot, économiste spécialiste des migrations internationales, le 10 octobre, à 18 h 30, 76, rue de la Verrerie (4e).

 

Des conversations informelles se poursuivent autour d'un buffet préparé par Bande de cheffes, service de traiteur créé par Charlotte Leduc et qui emploie des femmes exilées (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).