Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par email : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

marchesurvivants.jpg RCI_0007.jpg RCI_0006.jpg IMG_0291allge.jpg SOS.jpg euxcestnous.jpg RCI_0003.jpg Ftebis.jpg permanencemini.JPG IMG_7796.JPG Hran.jpg RCI_0004.jpg goutdelautre.jpg RCI_0008bis.jpg RCI_0010.jpg RCI_0002.jpg Maireaveclespetits.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg

Calendrier


L’Europe-forteresse face aux Ukrainiens
 

Cela n’a pris que quelques jours. Sous le choc de l’agression russe contre l’Ukraine, les mots pour désigner les femmes et les hommes qui fuient leur pays afin d’échapper au malheur ou à la mort ont radicalement changé. Finie « la crise des migrants », bonjour « la solidarité avec les réfugiés ». La guerre aux portes de l’Europe a changé les manières de voir et les politiques dans bien des domaines : énergie, défense, souveraineté. Le changement de paradigme sur l’immigration, lui aussi, est spectaculaire.

Il y a longtemps déjà que les figures du « demandeur d’asile » et celle de l’« immigré », clairement distinctes du temps de la guerre froide ou des dictatures latino-américaines - le premier « politique », le second « économique » - s’étaient brouillées. Le rétrécissement progressif des voies légales d’immigration, la multiplication des conflits au Moyen Orient et en Afrique ont transformé en « demandeurs d’asile » beaucoup de ceux que l’on appelait autrefois des « immigrés ».

D’où l’adoption du terme englobant de « migrants ». L’application de la convention de Genève de 1951 qui réserve le statut de réfugié à toutepersonne « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité (…) ou de ses opinions politiques » est devenue de plus en plus complexe, dans un contexte où oppression et misère sont souvent indissociables.

Des murs et des clôtures

L’Union européenne, prise entre sa volonté d’abattre ses frontières internes et l’exigence de chaque Etat de conserver la maîtrise souveraine de l’asile, tiraillée entre l’Est et l’Ouest et entre des histoires d’immigration différentes, n’a jamais réussi à s’accorder sur un mécanisme commun d’examen des demandes d’asile. D’où les murs, les clôtures et les politiques - sauf en Allemagne en 2015 - destinés à barrer la route aux Syriens, aux Afghans, aux Africains, à tenter de les maintenir en Turquie ou en Afrique du Nord.

Et voilà que des Ukrainiens, victimes d’une guerre d’agression comme le continent n’en a pas vu depuis 1945, ressuscitent la figure, typiquement européenne, du « réfugié » de l’après-seconde guerre mondiale, victime de la barbarie nazie ou de l’oppression soviétique. Ironie de la géographie, ils déferlent par centaines de milliers, dans les pays de l’Est de l’Europe jusqu’à présent les plus hostiles à l’accueil des réfugiés venus d’Afrique ou du Moyen-Orient. Ce pied de nez de l’histoire a abouti, le 3 mars, à une décision inédite de l’Union européenne, aux conséquences potentiellement considérables.

Ce jour-là, les Vingt-Sept ont décidé d’accorder une « protection temporaire » à toute personne fuyant la guerre en Ukraine. Le droit au séjour et au travail est accordé automatiquement, sans l’examen individuel qu’exige la convention de Genève. L’Europe-forteresse ouvre soudain grand ses portes. Pour ce faire est exhumée une directive conçue à Bruxelles en 2001, au lendemain des guerres en ex-Yougoslavie, pour faire face à un « afflux massif de personnes déplacées en provenance de pays tiers ». Ce texte, jamais appliqué faute d’un vote majoritaire des Etats, a été activé, cette fois, à l’unanimité. Il prévoit non seulement des critères communs d’admission, mais aussi un système de répartition des réfugiés entre les Etats selon leur capacité d’accueil. Précisément ce que les Européens échouent à mettre en place depuis des lustres.

Ce pas inattendu vers une gestion mutualisée de l’asile en Europe ne garantit en rien un changement d’attitude des pays comme la Pologne ou la Hongrie, les plus hostiles aux migrants venus d’Afrique ou du monde arabe. Mais s’ils pensaient être à l’abri des migrations, la guerre en Ukraine les rappelle à la réalité. Et comment, eux qui vont devoir compter sur la solidarité des pays de l’ouest du continent pour l’accueil des Ukrainiens, pourraient-ils à l’avenir continuer de s’opposer à un partage de tous les réfugiés ?

Philippe Bernard

Le Monde 13-14 mars 2022

Damien Carême, ancien maire de Grande Synthe, député européen

27 VIES NOYÉES DANS LE DÉSESPOIR ET L'HORREUR

7 femmes. 17 hommes. 3 jeunes « pouvant être des adolescents » : 2 garçons et 1 fille.

27 vies.

27 vies noyées dans le désespoir et l’horreur.

27 vies arrachées à leurs familles, atomisées par la tragédie.

Alors que les morts s’entassent sur la plage, la nausée nous envahit. Elle retourne nos tripes.

La nausée. Celle-là même qui, ce matin, lorsque le Ministre Darmanin tapait sur les passeurs, annonçait un arsenal de renforts et présentait ses condoléances « aux proches des victimes », révélait de façon certaine la manipulation effroyable : le drame, c’est précisément lui et le gouvernement d’Emmanuel Macron qui l’orchestrent. Jour après jour, sciemment. Ce sont eux qui militarisent à tout va, ce sont eux qui harcèlent les Solidaires et brutalisent les exilé·e·s, ce sont eux qui lacèrent les tentes, eux qui chassent, séparent, violentent, laissent croupir des femmes, des hommes, des bébés, des vieillards, des adolescents dans le froid, la boue et la misère la plus ignoble.

Ce sont eux qui créent le système qui permet aux passeurs d’exister.

Ce sont eux qui entretiennent à l’égard des exilé·e·s, le vocabulaire de la haine.

Ce matin, notre pays des droits humains s’est réveillé le visage inondé de larmes et de colère aussi : car plus personne n’est dupe.

Ce qui a tué hier soir, c’est l’inhumanité des puissants. Leur cynisme dégoutant. Leur rejet. Leur électoralisme. Le business as usual de l’extrême-droite, récupéré par ces sombres sires simplement désireux de se faire réélire.

Hier soir, pourtant, comme tous les soirs : des associations, des ONG de terrain, des bénévoles, des citoyens et des citoyennes solidaires étaient à pied d’œuvre. Au bord de l’eau sur les côtes de la Manche, dans les dunes, dans les rues de Calais, Dunkerque, Ouistreham, dans les villes, partout, d’un bout à l’autre de France, de la frontière franco-espagnole au pays basque jusqu’aux sommets des montagnes de la frontière franco-italienne : hier soir, oui, beaucoup tentaient de réchauffer les exilé·e·s. Beaucoup tentaient malgré tous les bâtons mis dans leurs roues, de prendre soin, de panser, de nourrir autant que possible, d’essuyer les larmes.

Hier soir, comme depuis tant de soirs, tant de jours, de semaines, de mois et d’années, ces citoyennes et ces citoyens alertaient, suppliant les dirigeants d’agir, par humanité. Juste par humanité.

Et hier soir, comme tous les autres soirs, ces mêmes dirigeants - technocrates de ministères et autres pontes de cabinets ministériels, ont fait la sourde oreille.

Pendant qu’ils ignoraient les appels à l’aide, la mort a frappé.

Ma rage, aujourd’hui, égale ma tristesse.

Le drame […] aurait pu être évité.

D’autres surviendront encore si rien ne change.

Et je vous le dis, lorsque ces autres drames surviendront, ces dirigeants-là feront encore semblant de pleurer.

Je refuse d’être complice. Si mes larmes, nos larmes, aujourd’hui noient douloureusement notre âme, nous sommes là pour hurler notre peine et dire, encore et encore, que OUI les solutions existent :

·         Cesser de nourrir le rejet, de jouer avec les peurs et les mots de haine.

·         Cesser les violences et la militarisation.

·         Respecter les droits humains, et les textes fondateurs de notre société humaine. 

·         Mettre fin à la directive de Dublin.

·         Instaurer des voies légales de migration vers le Royaume-Uni : cette décision démantèlera de fait les réseaux de passeurs.

·         Accueillir dignement les êtres humains qui sont là, qui arrivent, qui arriveront encore pour sauver leur vie et parce qu’ils n’auront eu aucun autre choix.

·         Soutenir la solidarité.

[…] C’est leur cynisme qui a tué. 

[…] Les corps de leurs victimes flottaient à la surface de leur inhumanité.

25 novembre 2021

En ces débuts de campagne présidentielle, les prises de parole des candidats à droite et à l’extrême droite donnent le sentiment d’un pays ouvert aux quatre vents, subissant des flux migratoires sans aucune sorte de pouvoir à leur égard. Ainsi, Valérie Pécresse veut « stopper l’immigration incontrôlée » et estime qu’« il y a trop d’immigrés en France » ; Michel Barnier défend l’idée d’un « moratoire », quand Xavier Bertrand veut « que nous reprenions en main notre politique migratoire » et que Marine Le Pen entend soumettre aux Français un « plan complet de maîtrise de l’immigration ».

La France est-elle à ce point submergée ?

Lire la suite...

Pour mieux comprendre, débattre, agir

Depuis 2017, le Réseau Chrétien – Immigrés a lancé ses lundis « Grands Témoins », dont le succès, après 18 rencontres, ne se dément pas.

Au-delà du nombre de participants (souvent une cinquantaine), on retient la qualité des interventions, la richesse des échanges… et aussi, de façon un peu inattendue, une cohérence, une complémentarité.

S’informer pour mieux comprendre, subvertir les idées reçues, pour proposer une vision positive et agissante. Si ces rencontres permettent d’y contribuer, alors nous sommes déterminés à les poursuivre.

Nous avons reçu en visio-conférence François Gemenne en novembre 2019, en janvier 2020 le président de SOS Méditerranée, François Thomas (accompagnée de Marie Rajablat, auteure d'un livre de témoignages qu'elle a recueillis sur le bateau de sauvetage), en février le député Aurélien Taché, auteur d'un rapport remarqué sur l'intégration, en avril Pascal Brice (de l'OFPRA à la FAS - Fédération des Acteurs de la Solidarité), en mai, George Pau-Langevin, adjointe à la Défenseure des droits, en charge de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l'égalité, le 14 février 2022 le Père Ph. Demeestère, à Calais, qui a fait la grève de la faim contre la traque insupportable des migrants, le 14 mars 2022 le Conseiller d'Etat, Thierry Tuot, pour une reconnaissance pratique du travail des migrants...

N’hésitez pas à nous communiquer vos attentes et suggestions. A très bientôt                                                

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., président

La Croix Editorial (24 septembre 2020)

Un pacte sans vision

Le nouveau Pacte immigration proposé par la Commission européenne souffre d’un grand défaut : il n’est pas visionnaire. Sur ce sujet complexe, instrumentalisé par les populistes et qui divise profondément les États membres, l’approche se veut réaliste – c’est une bonne chose – mais elle est aussi réductrice.

Le premier objectif est un contrôle renforcé des migrants aux frontières extérieures et une sélection accélérée en vue d’un renvoi rapide de ceux qui ne pourraient pas prétendre au statut de demandeur d’asile.

Le deuxième est interne à l’Union européenne : le texte vise à créer une forme ténue de solidarité politique et financière entre les États européens riverains de la Méditerranée, en première ligne pour l’accueil des migrants, et ceux d’Europe centrale qui refusent de façon choquante l’accueil de réfugiés venant d’Afrique et du Moyen-Orient.

Un troisième volet esquisse une stratégie envers les pays tiers pour créer des canaux légaux de circulation et favoriser la formation de jeunes talents. L’ensemble est cohérent mais minimaliste. La protection du droit d’asile et le droit des individus à la migration sont certes réaffirmés, mais il manque à ce pacte un horizon qui donne la mesure de la circulation des personnes dans les prochaines décennies et qui confère de l’ambition aux politiques choisies. La différence est flagrante avec la stratégie sur le climat. Dans ce domaine, l’Europe se pose avec audace en leader mondial de la transformation écologique. Mais sur l’enjeu profondément humain de l’accueil des migrants dans la durée, elle s’en tient à une approche court-termiste. Les opinions, dès lors, ne sont pas préparées aux changements qui s’annoncent. Et l’Europe se condamne à subir.

                                                                                                     Jean-Christophe Ploquin

E. de Moulins-Beaufort a adressé fin mai un long courrier au Président de la République, qui fait l'objet d'un livre intitulé "Le matin, sème ton grain". A la suite de la pandémie, il s'agit de faire entendre une parole d'Evangile sur les grands enjeux en débat, d'éclairer les choix à opérer pour une société durable, plus humaine et plus juste.

Deux points sont particulièrement soulignés, l'hospitalité et la migration.

Le modèle, ce devrait être l'hospîtalité... la croissance dans le don de soi et le service des autres, rendue possible par l'hospitalité mutuelle entre les humains et la "maison commune". il ne s'agit pas là d'un utopie, d'un rêve...

N'y a-t-il pas là une piste pour réfléchir au fait de la migration ? Au nom de quoi certains seraient-ils assignés à un lieu sur cette terre où ils ne peuvent réunir les conditions leur permettant de vivre ? Ne peut-on pas "se serrer pour leur faire de la place" ? Peut-on les aider à rester dans leur pays d'origine... à acquérir les moyens d'y vivre ?


Warning: modChrome_artnostyle(): Argument #2 ($params) must be passed by reference, value given in /srv/data/web/vhosts/reseau-chretien-immigres.fr/htdocs/templates/rci2b/html/modules.php on line 39

Plan de site | Mentions légales | Espace privé

Copyright RCI © 2015-2022. Tous droits réservés

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données