Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par email : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

IMG_7796.JPG bienvenuecouverturepointsmini.jpg Hran.jpg euxcestnous.jpg RCI_0006.jpg permanencemini.JPG RCI_0004.jpg RCI_0008bis.jpg RCI_0003.jpg Maireaveclespetits.jpg SOS.jpg RCI_0002.jpg Ftebis.jpg marchesurvivants.jpg IMG_0291allge.jpg goutdelautre.jpg RCI_0010.jpg RCI_0007.jpg

Calendrier

"Nous sommes tous dans le même bateau"

C’est une forme inhabituelle que le pape Fraçois a choisie pour son message à l’occasion de la 107e Journée mondiale du migrant et du réfugié, qui sera célébrée par l’Église catholique le 26 septembre prochain. Dévoilé jeudi 6 mai par le Saint-Siège, le message est divisé en un double appel, avec un premier adressé spécifiquement aux fidèles catholiques et un second au monde entier.

Derrière ce choix de François se lit une inquiétude vis-à-vis de la volonté des membres de l’Église catholique de s’engager « vers un nous toujours plus grand », thème de cette journée mondiale. L’histoire du salut, rappelle-t-il ainsi, s’adresse « à un nous destiné à inclure toute la famille humaine ». Et pourtant, ce « nous voulu par Dieu est brisé et fragmenté, blessé et défiguré ». En cause, les « nationalismes fermés et agressifs » ainsi que « l’individualisme radical » qui « émiettent ou divisent le nous, tant dans le monde qu’au sein de l’Église ».

Pour « grandir en tant qu’Église », le pape invite à « faire communion dans la diversité, en harmonisant les différences sans jamais imposer une uniformité qui dépersonnalise ». Une attitude d’autant plus indispensable, rappelle catégoriquement le pape, que « chaque baptisé est un membre à part entière de la communauté ecclésiale locale, un membre de l’unique Église ». Pour le pape François, pour pouvoir « sortir dans les rues » et aller à la rencontre du migrant et du réfugié, les catholiques doivent faire l’unité entre eux.

« Aucune distinction entre autochtones et étrangers »

L’appel au monde entier est dans la même tonalité, avec une exhortation à « vivre ensemble en harmonie et dans la paix ». Et le pape insiste : « Nous devons tous nous efforcer de faire tomber les murs qui nous séparent et de construire des ponts ». Dans cette dynamique, François appelle de ses vœux un « développement plus durable, équilibré et inclusif », qui ne fasse « aucune distinction entre autochtones et étrangers ». Sans oublier de « préserver la création et de la rendre encore plus belle ».