Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par email : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

RCI_0006.jpg RCI_0007.jpg euxcestnous.jpg goutdelautre.jpg permanencemini.JPG RCI_0010.jpg Maireaveclespetits.jpg RCI_0002.jpg Hran.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg Ftebis.jpg IMG_7796.JPG IMG_0291allge.jpg RCI_0004.jpg RCI_0008bis.jpg SOS.jpg RCI_0003.jpg marchesurvivants.jpg

Calendrier

L’esprit général de la législation se révèle d’ordre largement répressif, ce n'est pas nouveau, 49 lois depuis 1974 ! Notre pays devient une sorte de zone "noire" (comme toute l'Europe), où il convient avant tout d'empêcher d'entrer et d'exclure, au lieu d’être une terre d’implantation durable, source historique de notre richesse humaine.

Conrôler, enfermer, expulser

La loi dite "pour une immigration maîtrisée, un droit d'asile effectif et une intégration réussie", du 10 septembre 2018

Les principales mesures dégradent encore plus la condition des personnes migrantes :
- la réduction du délai (à 90 jours) pour déposer une demande d'asile
- l'allongement de la durée de rétention administrative (jusquà 90 jours), y compris pour les familles accompagnées d'enfants mineurs
- l'intervention du juge des libertés et de la détention seulement dans les 4 jours suivant le placement en rétention (pour faciliter les expulsions immédiates)
- l'absence de recours suspensif, notamment pour les personnes originaires de pays dit "sûrs"
- la banalisation des audiences par visio-conférence (piège de la dématérialisation = impossibilité d'avoir des RV dans les préfectures !)
- le fichage des mineurs isolés
- la possibilité pour les préfectures de passer outre les avis médicaux dans le cadre de la procédure de régularisaion pour raisons de santé.

Le texte, dans le prolongement -avec nouvelle aggravation- des politiques menées depuis des années, ne répond vraiment pas aux enjeux migratoires de notre époque !

A noter que la loi précédente sur l’immigration, du 7 mars 2016, intitulée "droits des étrangers en France", avait (déjà) pour objectif implicite de renvoyer le maximum de personnes en situation irrégulière...

... par exemple, en sus des 10 000 migrants globalement "éloignés" en 2020, les quelque 60 000 demandeurs d’asile qui n'ont pas obtenu le statut de réfugiés (seuls environ 35 000 ont fait l'objet d’une réponse positive, sur 95 000 demandes, soit en gros 37 %) ? Malgré tous les grands discours, on sait que c’est totalement impensable. Toutefois, les "reconduites à la frontière forcées" sont largement facilitées.

A l’inverse, un titre de séjour pluriannuel a été créé en 2016 (une bonne chose), au lieu de l’autorisation d’un an.

Mais ce titre est fragile et l’ensemble des associations réclament le rétablissement officiel de la carte de résident de 10 ans, seule façon de permettre une réelle intégration. Par ailleurs, une sorte d’“l’immigration choisie” est relancée, avec la création d’un “passeport talent” remplaçant les différents titres antérieurs : diplômés, travailleurs hautement qualifiés…

 

Ces textes interrogent la conscience humaine, ils ne tiennent pas compte de la situation véritable des migrants : la vie privée et familiale (droit fondamental) n'est en pratique guère reconnue et il est bien peu question d'un véritable droit au travail.


-> Des mesures politiques d’une tout autre urgence humanitaire sont absolument nécessaires : régularisation des « sans-papiers » qui travaillent au noir et traînent pendant des années des situations impossibles, facilitation de l’octroi des visas, réactivation du statut de réfugié  pour  les migrants des pays invivables, harmonisation et répartition au niveau de l'Europe...
 

Les Eglises, les organisations associatives, diverses instances morales se solidarisent pour dénoncer ces dispositifs bien discutables, face à des décideurs publics décidés à faire plus que jamais un "grand tri".