Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par formulaire : cliquez ici

Par email : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Siège social :
Paris 4e

tél  :  06 81 33 06 99

permanencemini.JPG Ftebis.jpg RCI_0008bis.jpg euxcestnous.jpg SOS.jpg RCI_0006.jpg RCI_0003.jpg Hran.jpg IMG_0291allge.jpg RCI_0004.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg RCI_0007.jpg goutdelautre.jpg RCI_0002.jpg IMG_7796.JPG Maireaveclespetits.jpg RCI_0010.jpg marchesurvivants.jpg

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Suivez-nous

RCImmigres sur FaceBook RCImmigres sur Twitter

11 janvier 2021, une rencontre tonifiante, au regard des "personnes" migrantes en perdition

enregistrement de la rencontre : https://www.youtube.com/watch?v=wEFRri8rCZ8

Le Président François THOMAS évoque d'abord la création de SOS Méditerranée et ses missions.

SOS Méditerranée est une association civile européenne qui a été mise en place après que l'opération humanitaire Mare Nostrum ait été arrêtée et que les dispositifs Triton et Sophia qui lui ont succédé avaient pour objet la protection des frontières. Elle se donne pour mission de remplacer les Etats défaillants. D'après le droit maritime, les Etats côtiers ont pourtant la responsabilité du sauvetage en mer et l’obligation de secourir les personnes en détresse dans les zones qui leur sont affectées.

C'est en 2015 que Klaus Vogel et Sophie Beau fondent SOS Méditerranée, et se lancent dans l'acquisition d'un navire allemand (utilisé auparavant par les garde-côtes), l'Aquarius. Cette démarche a pu se faire grâce à un appel aux dons, auquel ont répondu de nombreux particuliers, des collectivités locales, ainsi que des mécènes.

A côté de quelques autres rares initiatives européennes du même ordre, l'Aquarius a pour tâche d'empêcher que meurent noyés quantité d’humains qui traversent la Méditerranée sur des canots de fortune, pour fuir la misère, le « no future », des menaces de mort ou des traitements inhumains. On sait que des dizaines de milliers de personnes ont ainsi perdu la vie depuis le début des grandes migrations sur cette voie. 31 799  ont été sauvées en 5 ans, grâce à SOS Méditerranée...

Si la durée d'activité de l'Aquarius n'a été que de deux ans, c'est que le "bateau citoyen" s'est trouvé en butte aux pires tracasseries administratives et à l'hostilité de responsables politiques, pour qui les migrants sont indésirables - au premier chef alors le gouvernement Salvini. Le bateau doit changer plusieurs fois de pavillon pour finalement mettre un terme à ses activités en décembre 2018. La relève est prise, en juillet 2019, par l'Ocean Viking, battant pavillon norvégien. Afin de pouvoir opérer, ce dernier a fait l'objet de nombreux investissements pour accueillir les personnes rescapées, et surtout se soumettre à des exigences tatillonnes (surjoués notamment par  la pandémie de la Covid-19).

Il y aurait encore beaucoup à dire… mais le président Thomas préfère laisser la parole à l’expression de témoins directs.


Marie RAJABLAT, en parlant de ses deux longues missions à bord (en 2016 et 2018), propose un éclairage complémentaire sur l'aventure hors du commun de SOS Méditerranée. Elle s'est donné comme objectif de recueillir les témoignages des rescapés et de les faire  connaître dans un livre au nom évocateur : Les naufragés de l'enfer (éd. Digobar). Quoiqu'infirmière en psychiatrie, elle n'a pas embarqué à ce titre, mais elle reconnaît que ses compétences professionnelles n'ont pas été inutiles, tant les personnes sauvées sont souvent meurtries et traumatisées.

Elle incarne, ce faisant, les missions de l'Organisme humanitaire : protéger et soigner. Non pas des groupes, mais des personnes individuelles ayant chacune une histoire (Le bateau -outre l’équipage du navire- embarque toujours une équipe médicale : Médecins sans frontières ou Médecins du Monde trouvent là à s'employer abondamment). D'autre part, témoigner ; comme l'a pu faire également un Erri de Luca, dans un article éloquent du Monde (Amère méditerranée, 13 mai 1917) ; embarquent aussi, avec le même objectif, un ou deux journalistes et un photographe.

Marie fait part de l'émotion qui fut la sienne la première fois lorsque qu'elle aperçoit au-dessus de l'eau, dans l'obscurité de la nuit, des dizaines de points brillants ... qui se sont révélés être les yeux des naufragés reflétant les lumières de l'Aquarius.

On invite les personnes une fois hissées à bord, à dire leur nom, leur âge, leur pays d'origine. Elles sont restaurées et, si elles s’avèrent malades ou blessées, elles reçoivent les premiers soins. Un dialogue s'établit, en anglais souvent, en arabe quelquefois (Marie les fait tous rire lorsqu’elle parle un peu en arabe).

Après une traversée angoissante dans l'inconnu et l'incertitude la plus totale, où le danger constant de chavirer est traumatisant, après pour bon nombre, l'horreur d'une vie d'esclave en Libye, vendu et utilisé comme du bétail, voilà que nos amis ré-intègrent un monde humain, où ils sont considérés, respectés, entourés d’attentions.

La suite, à terre, n’est plus du ressort de SOS Méditerranée. Certes, ce sont encore de très longs parcours semés d’embûches… Le relais se fait, comme chacun le sait, par d’autres citoyens mobilisés en associations qui s’efforcent de prendre en charge leur accompagnement.

Nous tous, ne sommes pas, hélas au bout de nos peines !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.