Réseau Chrétien - Immigrés

Changer de regard sur les migrants et soutenir leur insertion

Contactez-nous

Par formulaire : cliquez ici

Par email : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Siège social :
Paris 4e

tél  :  06 81 33 06 99

IMG_7796.JPG aquariusmini.jpg RCI_0004.jpg cavabienaurci.jpg desinetymini.jpg RCI_0008bis.jpg RCI_0003.jpg IMG_0291allge.jpg RCI_0007.jpg goutdelautre.jpg bienvenuecouverturepointsmini.jpg marchesolidaire.jpg RCI_0010.jpg RCI_0002.jpg Lepetitnoyesurlaplage.jpg euxcestnous.jpg RCI_0006.jpg marchesurvivants.jpg permanencemini.JPG

Calendrier

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
26
27
28
29
30
31

Il en est malheureusement souvent ainsi : à défaut de trouver une solution à un problème complexe, on cherche à le rendre invisible. Mais faire disparaître n’est pas résoudre. Le phénomène migratoire de ces dernières années a ouvert une crise profonde en Europe, à ce jour irrésolue. Une fracture se dessine entre les pays favorables à une politique résolument intransigeante et des gouvernements plus ouverts mais terrifiés par l’impact que pourrait avoir un discours conciliant sur leurs électeurs.

D’un côté, la haine, de l’autre, la prudence. Dans ce contexte de confusion politique, une initiative civile est venue apporter une réponse à la crise humanitaire qui se joue en Méditerranée. Elle est modeste. Elle est fragile. Elle fait ce qu’elle peut. Mais elle a du sens et, surtout, elle sauve des vies. L’Aquarius est notre Antigone. Le bateau humanitaire nous rappelle qu’il existe des lois non écrites, vieilles comme l’humanité, qu’on ne peut oublier sans se perdre soi-même. Ne pas laisser mourir quelqu’un en mer est l’une de ces lois.

Lire la suite...

Le philosophe Etienne Balibar s'insurge contre les violences faites aux migrants, " que l'histoire jugera sans doute criminelles ". Au nom d'un " choix de civilisation ", il propose de reconnaître " l'hospitalité comme un droit fondamental " s'imposant aux Etats et s'appliquant à ceux qu'il appelle les " errants "

Lire la suite...

La loi asile et immigration vient d'être adoptée. Un texte controversé, y compris dans les rangs de la majorité présidentielle.

Plusieurs associations, dont la Cimade, dénoncent depuis longtemps cette loi, qui n'est pas pas équilibrée, qui penche vers une logique répressive, de contrôle, de tri, d’enfermement, de volonté d’expulser voire de bannir les personnes. Pour le vicaire général de l’archidiocèse de Paris, Mgr Benoist de Sinety, auteur de "Il faut que les voix s’élèvent" (éd. Flammarion), "c’est quand même préoccupant que les principaux acteurs associatifs qui prennent en charge l’accompagnement des migrants depuis des années soient à ce point tenus à l’écart de toute réflexion sur ce texte".

  ( P. Gaillardin Flammarion)    

On s’étonne de la résistance française à réfléchir de manière humaine à l’accueil de ces personnes, et à leurs demandes. "Chacun peut se parer de valeurs humanistes. Une chose est de dire les choses, une autre est de les appliquer. On peut tenir tous les discours que l’on veut, après il faut mettre en pratique" précise Mgr Benoist de Sinety.

Le vicaire général de l’archidiocèse de Paris s’inquiète également de l’espèce de concurrence de la pauvreté qui règne en France. "On ne peut pas opposer les pauvres aux pauvres. Pour un chrétien, c’est quelque chose qui n’est pas possible" lance Mgr Benoist de Sinety, qui semble ne pas croire à la théorie de l’appel d’air, selon laquelle une amélioration des conditions de vie conduirait d’autres migrants à affluer vers l’hexagone. "Quand on regarde le nombre de migrants qui viennent dans notre pays, c’est incomparablement moindre que dans les autres pays européens" précise-t-il.

Ces gens qui arrivent portent en eux des failles psychologiques colossales. Ils ont vécu des souffrances abyssales. On les laisse crever..., sans psychologues. Ils se cachent. Dans cinq ans, quel sera leur état d’esprit par rapport à nous ? N’est-on pas en train de fabriquer parmi eux les poseurs de bombes de demain ?" s’interroge Mgr de Sinety, qui témoigne d’une forme de conversion personnelle sur ce sujet.

"Je n’ai aucune exaltation à voir des gens quitter leur pays. Je ne suis pas le chantre du métissage intégral. Je constate. Dans ma vie de prêtre, j’ai été en contact avec des hommes et des  femmes qui avaient dû quitter leur pays. J’ai été mis en contact brutal avec cette détresse, cette solitude, où je n’ai jamais vu ni le désir de profiter d’un système ou de s’accaparer des privilèges. J’ai réalisé qu’il y avait une parole de l’Évangile dont on ne pouvait pas faire fi. Accueillir l’autre, ce n’est pas lui dire oui à tout. Je ne dis pas qu’il faut dire oui à toutes les demandes, je dis que rien ne justifie l’inhumanité" explique Mgr de Sinety.

Sur le plan européen, Mgr de Sinety estime que l’on entretient une mémoire de l’invasion. "Il y a une autre peur très préoccupante, une angoisse qui habite notre pays, la peur de ceux qui ne savent plus qui ils sont. Nos peurs s’entretiennent par des tabous. On n’ose plus parler publiquement des choses. Il y a deux manières de mener le débat public, soit dans le tabou et les angoisses, soit en essayant de trouver des lieux et des cadres où les gens peuvent exprimer librement ce qu’ils ont sur le cœur".

Face à cela, Mgr de Sinety estime dans son dernier essai qu’il nous faut proposer une espérance. "Tout cela révèle un malaise profond de notre société, de notre monde, de notre société occidentale fondée sur les valeurs judéo-chrétiennes. On est aujourd’hui comme enfermé dans des nasses qui se referment sur nous. Il est temps de pouvoir remettre à plat tout cela et que les dirigeants de nos pays puissent ouvrir une réflexion. Cette crise est une opportunité spirituelle" conclut-il.

Présentation Antoine Bellier (Le Grand Invité)

“La politique c’est avoir une vision,
pas caresser dans le sens du poil“.

Au rang des « malentendus » entre l’État et l’Église catholique évoqués par Emmanuel Macron figure la loi asile et immigration. La présidente du Secours catholique, Véronique Fayet, s’insurge contre un texte qu’elle juge trop répressif.

Lire la suite...

La position du chef de l'Etat, qui vantait l'accueil des réfugiés, se précise, un an après son arrivée au pouvoir : c'est celle de la dissuasion migratoire.

Au fil des jours, la " ligne Macron " devient plus nette et dessine une politique migratoire d'une rudesse sans précédent. Vendredi 15 décembre, en fin de journée, une réunion interministérielle sur le projet de loi immigration, qui arrive en discussion au printemps 2018, a révélé que les tenants de la ligne dure avaient la main. La même philosophie prévalant déjà sur le terrain et dans les textes ministériels.

Lire la suite...

Les Rendez-Vous RCI

25
Oct
Date : 25 octobre 2018, 19:00
Une bonne occasion de rencontre migrants - français : 19h à la Mairie 4e (M°HdV) 06 13 21 97 62

19
Nov
Paris
Date : 19 novembre 2018, 20:00
Rencontre pour faire le point des actions migrants, avec tous les intéressés, 76 rue Verrerie 4e

24
Nov
Date : 24 novembre 2018, 19:00
Grande rencontre festive ouverte à tous, migrants-non migrants, Mairie du 4e, place Baudoyer M° HdV

L'appel d'Eugénie

Préparation des dîners Le Goût de l'Autre